Contexte

You are here: Home » Contexte

Au Luxembourg, les statistiques montrent qu’une grande partie de la population n’a que très difficilement accès à la culture et qu’elle n’est que peu ou pas concernée, voire peu ou pas prise en compte par la politique culturelle. A titre d’exemples, relevons que :

 

  • Le risque de pauvreté́ en 2016 est de 15,3%, tout comme l’inégalité. La pauvreté tout comme l’inégalité ont augmenté en dent de scie, au cours des années, avec une tendance orientée à la hausse depuis 20 ans.
  • Les jeunes, les étrangers, les personnes faiblement éduquées, les chômeurs et les familles monoparentales sont relativement plus exposées à la pauvreté (Forum, octobre 2016).
  • 12% de la population était en situation de pauvreté persistante en 2015.
  • Le nombre d’analphabètes se situe entre 7% et 9% (Ministère de l’Education Nationale, 2014)


Des réflexions ont été menées ces dernières années à différents niveaux. Ainsi, par exemple, le plan d’inclusion sociale 2003-2005, qui avait retenu de : « favoriser l’accès à la culture des personnes ayant des revenus faibles en leur offrant la gratuité des entrées aux musées de l’Etat et aux musées communaux grâce à un passeport « Culture pour tous » délivré par le Ministère de la Culture sur certificat de bas revenu établi par le SNAS ».

En outre, lors de la Déclaration gouvernementale de 2004, le gouvernement s’était engagé (point 8 du Ministère de la Culture, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) à prendre des mesures en faveur d’une meilleure accessibilité à la culture : « Pour garantir un meilleur accès de tous à la culture, le Gouvernement incitera les instituts culturels à se donner des horaires d’ouverture plus flexibles et à aller davantage à la rencontre de nouveaux publics, jeunes et moins jeunes, luxembourgeois et non luxembourgeois. Des portes ouvertes, des cartes d’accès à l’adresse des jeunes, par exemple, des actions ciblées à l’attention de ceux qu’on appelle souvent les exclus de la société permettront de vaincre la peur de franchir le seuil de telles institutions. Des collaborations ciblées avec les écoles du pays, les services éducatifs des instituts culturels, des artistes et acteurs culturels permettront une sensibilisation à l’art, à la créativité et à la culture scientifique ». Le rapport d’activités de 2007 du Ministère de la Culture fait état de la création d’un groupe interministériel (Culture-Education) qui a lancé un programme de manifestations culturelles en milieu scolaire.

Show Comments